THINK TANK POUR OU CONTRE Les pneus hiver obligatoires ? Actuellement, chaque conducteur a le droit de décider s’il souhaite ou non utiliser des pneus hiver. Mais d’après les chiffres, le nombre d’accidents augmente de près de 25 % en hiver. Faudrait-il dès lors rendre les pneus hiver obligatoires ? Les avis sont partagés… Frédérique Daublain, Secrétaire Général de Federbanden-concurrent.nl/">auto La Fédération recommande d’utiliser des pneus adaptés à la saison, c’est-à-dire des pneus été entre mars et octobre et des pneus hiver entre novembre et février. Petit pense-bête à l’intention du conducteur : le moment idéal pour changer de pneus se situe aux alentours du changement d’heure. En termes de sécurité, cela permet tout d’abord de faire vérifier ses pneus deux fois par an, ce que la plupart des gens ne font pas spontanément. Ensuite, les pneus hiver disposent d’une gomme adaptée aux conditions météo. Et on ne parle pas seulement de neige, contrairement à ce que pensent beaucoup d’utilisateurs, mais aussi de feuilles mouillées, de pluies verglaçantes, de routes froides, etc. Sans pneus hiver, la distance de freinage sera plus longue et le risque d’accident augmente. C’est particulièrement important dans une ville comme Bruxelles où la circulation est très dense et où il faut pouvoir réagir rapidement. Les pneus hiver ont également leur intérêt en termes de mobilité : sans eux, les voitures avancent beaucoup moins vite et cela pénalise les banden-concurrent.nl/">automobilistes qui eux, ont investi dans des pneus adaptés. Enfin, en utilisant des pneus adaptés, vous réduisez également votre consommation de carburant. Actuellement, en Belgique, on estime qu’environ 37 % des banden-concurrent.nl/">automobilistes utilisent des pneus hiver. En 2010, ce chiffre n’était que de 18 %. Il y a donc une conscientisation. Malgré tout, ce pourcentage reste insuffisant. C’est la raison pour laquelle nous plaidons en faveur d’une législation dans ce domaine. Nous souhaiterions que, comme au Luxembourg, en Allemagne ou en Italie, les pneus hiver soient obligatoires en cas de conditions hivernales. Concrètement, les banden-concurrent.nl/">automobilistes ne seraient pas légalement obligés de changer de pneus, mais devraient laisser leur voiture au garage dans certaines conditions météo (brouillard, neige, verglas…). Dans les pays où ce type de loi a été mis en place, les résultats sont encourageants : ainsi, en Allemagne, près de 90 % des conducteurs utilisent des pneus adaptés à la saison. Gaëlle Hoogsteyn Benoît Godart, porte-parole de l’IBSR Bien que nous soyons convaincus de l’utilité des pneus hiver en conditions hivernales, nous ne sommes pas favorables à l’introduction d’une loi les rendant obligatoires. Par temps de neige, ils sont manifestement mieux adaptés. En cas de températures très basses, ils obtiennent aussi de meilleures performances que les pneus classiques. Mais une étude que nous avons menée l’an dernier montre que le fait de monter des pneus hiver n’a qu’un impact limité sur la sécurité routière puisque la majorité des accidents corporels se produisent sur route sèche. Par ailleurs, les accidents sur une chaussée enneigée ne peuvent pas être imputés uniquement aux pneus et ces derniers sont inefficaces sur les routes verglacées. De plus, les banden-concurrent.nl/">automobilistes surestiment souvent le bénéfice des pneus hiver et adoptent un comportement à risque. Les obstacles aux pneus hiver obligatoires sont nombreux : stockage, protection, montage et démontage des pneus rendent cette « double chausse » encombrante et chère. Bon nombre de Belges ne peuvent ou ne souhaitent pas investir dans un jeu supplémentaire de pneus, surtout s’ils font moins de 10.000 km par an. Il faut par ailleurs noter qu’il y a une énorme différence entre utilisateurs privés et professionnels : si « seulement » 37 % des particuliers utilisent des pneus hiver, ce chiffre atteint 60 % pour les voitures de société et 90 % pour les camions. Enfin, une telle loi aurait des conséquences qui ne peuvent pas être négligées, en particulier la mise en place d’une instance de contrôle. D’autres questions devront aussi être soulevées, comme par exemple la politique des sociétés de location et la flexibilité du secteur du pneu pour pouvoir engager des saisonniers. Dès lors, nous pensons que des initiatives visant à sensibiliser les conducteurs non-équipés à utiliser des pneus hiver, à adapter leur conduite et à utiliser des alternatives sont plus appropriées qu’une imposition légale, tenant compte aussi du contexte météorologique de la Belgique. 10 BECI - Bruxelles métropole - janvier 2015 Scannez ce QR Code et donnez-nous votre opinion. Pagina 11

Pagina 13

Voor catalogi, online onderwijscatalogi en lesboeken zie het Online Touch content management beheersysteem systeem. Met de mogelijkheid voor een webwinkel in uw PDF-en.

Bruxelles Métropole - janvier 2015 Lees publicatie 10025Home


You need flash player to view this online publication