TOPIC TOP DES ENTREPRISES BRUXELLOISES Worldline : se mettre à la place du consommateur « L’innovation continue est vitale pour Worldline. Le principal atout de nos collaborateurs réside dans leur capacité à prévoir l’expérience client de demain et de s’y préparer dès aujourd’hui », déclare Willy Walraeve, CEO de l’entreprise. Peter Van Dyck «N ous sommes à Bruxelles parce que c’est un carrefour du commerce national et international », explique Willy Walraeve, CEO de Worldline. « C’est ici que se concluent des contrats, se rencontrent des hommes d’affaires et se prennent les décisions des pouvoirs publics. Worldline connaît aussi les désagréments de la ville, notamment les encombrements routiers qui nous poussent vers le nouveau monde du travail. Nous nous réjouissons de l’arrivée future du métro jusqu’à Bordet, qui facilitera l’accès à la zone d’activité Da Vinci. » Le campus bruxellois de Haren héberge donc le siège des activités Benelux de Worldline, véritable centre d’expertise pour le traitement de transactions de haute technologie, un secteur dont l’entreprise est le leader européen. Juste pour situer : Worldline a développé les terminaux de paiement qui se retrouvent dans la plupart des commerces belges. Par ailleurs, l’entreprise traite chaque année plus d’un milliard de transactions. Par-delà les frontières Worldline emploie environ 1100 personnes, dont 23 % sont domiciliées en région bruxelloise. « Le principal atout de nos collaborateurs réside dans leur capacité à prévoir l’expérience client de demain et de s’y préparer dès aujourd’hui », déclare Willy Walraeve. « D’où notre priorité à l’innovation continue, dans notre secteur qui évolue à toute vitesse. » M. Walraeve estime qu’outre l’expérience, la grande force de Worldline réside dans la caWilly Walraeve 26 BECI - Bruxelles métropole - janvier 2015 pacité à trouver des solutions à tous les défis dans le domaine des paiements. « C’est essentiel, face à la mobilité croissante de l’utilisateur final. Les détenteurs de cartes veulent pouvoir les utiliser partout et à tout moment. » Le groupe Worldline considère le centre d’expertise de Bruxelles comme un de ses pôles majeurs. « La participation de Worldline Benelux à un ensemble plus vaste nous ouvre des perspectives de croissance », constate Willy Walraeve. « Cela nous permet de travailler à plus grande échelle et de procéder à des acquisitions. Nous avons notamment acquis l’entreprise néerlandaise Quality Equipment, ce qui renforce notre position aux Pays-Bas. L’entrée en bourse de Worldline, après la scission avec le groupe Atos, n’a fait qu’accélérer le développement. » La stabilité de ses systèmes et son savoir-faire incomparable ont convaincu Worldline de s’intéresser davantage aux marchés étrangers, notamment en Slovaquie. « Nous voulons entre autres mieux commercialiser à l’étranger les terminaux de paiement que nous avons développés en Belgique. Notre capacité à traiter toutes sortes de transactions est un atout. Des exemples ? L’e-archiving (ndlr : le coffre-fort électronique) et les compteurs d’énergie. » Hyper-connectivité Forte de sa certification ISO14001, Worldline vise une utilisation durable de toutes ses ressources : le capital, le matériel et ses collaborateurs. L’entreprise apporte un soutien structurel à des œuvres caritatives (l’asbl Moeders voor Moeders, l’institut Jules Bordet et ses recherches dans la lutte contre le cancer, un village au Sénégal) et encourage ses collaborateurs à s’engager. « Nous impliquons régulièrement notre personnel dans diverses actions », explique le CEO. « L’été passé, nous avons organisé les Summer Days, au cours desquels des organisations peuvent venir se présenter. Les membres du personnel pouvaient décider par la suite d’apporter un soutien financier ou de s’engager en faveur d’une de ces organisations. » Avec les banques, qu’elle considère comme des partenaires, Worldline étudie activement les perspectives d’avenir. « Les gens sont hyper connectés. Leur ‘smart device’ les relie à leurs amis, leur employeur, des magasins, etc. Cela ouvre des perspectives incroyables en termes d’expérience client. Cette situation constitue pour les commerçants à la fois une menace et un défi : ils doivent se distinguer et exploiter au mieux les nouveaux besoins des clients. Il est donc essentiel qu’avec nos partenaires, nous développions des solutions accessibles pour l’e-commerce et le m-commerce. » ● R.A. Pagina 27

Pagina 29

Scoor meer met een online shop in uw reclamefolders. Velen gingen u voor en publiceerden cursussen online.

Bruxelles Métropole - janvier 2015 Lees publicatie 10025Home


You need flash player to view this online publication